Archives rêvées, mémoires de peintres

Exposition et colloques

Exposition du 20 octobre au 10 décembre 2016
Colloque les 20 et 21 octobre 2016
Aux Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine


Dans une exploration continue du médium peinture dans le champ de l’art contemporain, un cycle pluriel d’expositions a lieu durant toute l’année 2016 à la maison d’Art contemporain Chaillioux, Fresnes, et dans les trois galeries d’art contemporain de renommée internationale avec qui elle travaille en réseau : Galerie Bernard Jordan, Paris-Zurich, Galerie Jean Fournier, Paris, Galerie Bernard Ceysson, Paris-Genève-Luxembourg-Saint-Etienne. L’exposition de synthèse du 20 octobre au 10 décembre 2016 est accueillie par les Archives Nationales à Pierrefitte-sur-Seine.

L’élaboration d’une œuvre convoque toujours des images déjà-là dans la mémoire du peintre, ou des images concrètes qu’il collecte. Comment une œuvre se fabrique- t-elle à l’atelier ? Comment l’artiste vit-il une relation avec le passé qu’il actualise et dépasse dans le moment de la création ? De quel passé s’agit-il ? Un passé singulier historique, un passé objectivé ou fantasmé ? Comme autant d’images plurielles convoquées sans être là, notre mémoire agit sur notre conscience et notre geste de façon automatique et indirecte. Certains plasticiens proposent une lecture principielle du geste de mémoire, ancré dans la vie des éléments manifestes : pierre, verre gravé, eau, feuille de papier. Ces matériaux sont autant d’objets de mémoire et à mémoire, qui fabriquent autant qu’ils répertorient.

En synergie avec l’exposition, un colloque rassemble artistes et universitaires les 20 et 21 octobre 2016 à partir de 9 h 30 à l’auditorium des Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine. Les informations sont disponibles sur les sites internet du Labex et des Archives nationales.

L’exposition présente les œuvres d’artistes, mais également leur cheminement personnel à l’atelier, à travers l’exposition des traces témoignant de l’élaboration de leur œuvre : carnets, cahiers, notes, images accumulées, accompagnant leur parcours.

Artistes exposés

Dominique ANGEL, François BOUILLON, Pierre BURAGLIO, Jean-Loup CORNILLEAU, Gérard DUCHÊNE, Paul VAN DER EERDEN, Gilgian GELZER, Jean-Olivier HUCLEUX, Cyril JARTON, François JEUNE, Joël KERMARREC, Jean LANCRI, Alexandre LÉGER, Odile MAAREK, Jean-François MAURIGE, Éric MONBEL, Bernard MONINOT, Patrick NARDIN, Anne ROCHETTE, Patrick SAYTOUR, Alain SICARD, Elmar TRENKWALDER, Nadia VADORI-GAUTHIER, Sarah VENTURI, Antony VÉROT, Claude VIALLAT.

Pour télécharger le dossier de presse :

PDF - 1.7 Mo

 

 

 

 

Retour de Kigali

Sous la direction d’Olivia Rosenthal et Dorcy Rugamba

Dans le cadre des Vitrines du Labex Arts-H2H

Mercredi 19 octobre 2016
18h-19h30
Le Tarmac – la scène internationale francophone 159 avenue Gambetta, 75020 Paris

En 2015 se sont tenus à Kigali deux ateliers de la mémoire, qui ont permis à de jeunes auteurs rwandais et français, sous la conduite d’écrivains plus expérimentés, de créer des œuvres originales liées au génocide. Ces ateliers ont été réalisés dans le cadre du projet « Arts et postmémoire au Rwanda ».

Présentation des ateliers de la mémoire au Rwanda

À l’origine des ateliers de la mémoire, il y a une première initiative menée au Cambodge. C’est au Centre Bophana de Phnom Penh, centre d’archives audiovisuelles créé par le cinéaste Rithy Panh, qu’ont eu lieu les premiers ateliers de la mémoire en 2008, 2009 et 2012. Mis en place par Soko Phay et Pierre Bayard, ces ateliers avaient pour objectif de permettre un travail de recherche, de réflexion et de création à partir des archives. De jeunes artistes cambodgiens, encadrés par les peintres Vann Nath et Séra, ont ainsi créé des œuvres plastiques (peintures, sculptures, photographies...) en se réappropriant ces archives. Pour ces jeunes artistes qui n’ont pas vécu le génocide, il ne s’agissait pas de remplacer les images et les objets disparus, mais de questionner les images manquantes, voire d’accomplir un travail de deuil.

Le projet mis en place au Rwanda s’inscrit dans le prolongement de cette première expérience cambodgienne. Accueillis au Centre Iriba de Kigali (dirigé par Assumpta Mugiraneza) et soutenus par l’Université Paris 8 (via le Labex Arts-H2H et IDEFI-CréaTIC), ces nouveaux ateliers de la mémoire étaient centrés sur la création d’œuvres textuelles orales et/ou écrites. Accompagnés et soutenus par Olivia Rosenthal et Dorcy Rugamba, un groupe d’artistes et/ou d’auteurs (4 Français inscrits dans le master de création littéraire de Paris 8 et 12 Rwandais choisis par le Centre Iriba de Kigali et par le Rwanda Arts Initiative) a travaillé sur un corpus d’archives multimédia relatif à l’histoire du Rwanda.

Ces ateliers de la mémoire se sont déroulés du 17 février au 1er mars 2015, puis du 26 octobre au 7 novembre 2015. Le travail de restitution artistique à Paris et à Bruxelles se clôturera par un colloque international, « Les archives du silence », qui aura lieu à Kigali les 2 et 3 décembre 2016. Le colloque se tiendra en dialogue avec des performances issues des œuvres littéraires réalisées dans le cadre des « ateliers de la mémoire » au centre Iriba.

D’autres informations :

PDF - 547.6 ko


 

 

 

Arts et postmémoire au Rwanda

Lectures, projections et tables rondes à Paris et Bruxelles

En 2015 se sont tenus à Kigali deux ateliers de la mémoire, qui ont permis à de jeunes auteurs rwandais et français, sous la conduite d’écrivains plus expérimentés, de créer des œuvres originales liées au génocide. Ces ateliers ont été réalisés dans le cadre du projet « Arts et postmémoire au Rwanda ».

Présentations de « Retour de Kigali » | Direction d’Olivia Rosenthal et Dorcy Rugamba :
- à Paris au Théâtre Ouvert, vendredi 8 et samedi 9 avril 2016 à 20h, dimanche 10 avril 2016 à 16h.
- à Bruxelles au CEC / Maison de la Francité, lundi 11 avril 2016 à 18h30. Un montage de textes différents sera proposé à chaque présentation.

Auteurs :
Mandali Léon Athanase, Désiré Bigirimana, Amélie Durand, Jean Delacroix Hakizimana, Aimée Ishimwe, Jean-Paul Kayumba, David Lopez, Louise Mutabazi, Natacha Muziramakenga, Élise Rida Musomandera, James Rwasa, Aimable Twiringiyimana, Cécile Umutoni, Élitza Gueorguieva, Olivia Rosenthal, Dorcy Rugamba.

Tables rondes le 10 avril et le 11 avril 2016, « Ecrire après »

Après la lecture de textes issus de ces ateliers, une table ronde proposera, en présence de plusieurs participants de ces ateliers, de réfléchir sur la manière dont les traumatismes collectifs ont des effets sur plusieurs générations et dont l’écriture littéraire peut favoriser un travail de symbolisation.

Intervenants :
Assumpta Mugiraneza (directrice du Centre Iriba), Soko Phay (maître de conférences-HDR à l’Université Paris 8), Olivia Rosenthal (auteur et maître de conférences à l’Université Paris 8), Dorcy Rugamba (auteur et metteur en scène).
Modérateur : Pierre Bayard, professeur à l’Université Paris 8

Pour télécharger le programme complet :

PDF - 273.8 ko

 

 

 

 

Travail d’archives

En partenariat avec le colloque “Archives au présent”
Labex Arts H2H | Centre Pompidou-Metz
Laboratoire d’excellence des arts et médiations humaines

24 octobre 2014 - 22 février 2015

Artistes : Renaud Auguste-Dormeuil, Didier Bay, Gérard Collin-Thiébaut, On Kawara, Michael Levin, Stephen Mardsen, Amina Menia, Nicolas Pinier, Alexander Schellow, Ishiro Sueoka

A partir de l’archive, s’établissent des gestes artistiques adoptant reprises, remplois de documents existants, passages entre réalité et fiction. Objets, films, photographies, enregistrements sonores, deviennent ainsi des éléments ouverts à toute forme de révision, formelle ou signifiante. L’archive remontée, transformée, déplacée, échappe à son destin patrimonial, pour refonder une nouvelle actualité. L’exposition travail d’archives explore les processus qui conduisent de l’archive à l’œuvre, c’est-à-dire comment l’archive suscite des gestes artistiques et devient par elle-même opératrice d’ « œuvres ». En partenariat avec le colloque Archives au présent, organisé au Centre Pompidou Metz par le Labex Arts-h2h les 24 et 25 octobre 2014, l’exposition travail d’archives s’attache à ce devenir-art des archives, tel qu’il peut apparaître dans le champ de l’art contemporain.

 

Travail d’archives, Centre d’art contemporain Faux Mouvement, Metz, 2014. Vue de l’exposition. 

Au premier plan : Didier Bay | Mon Quartier, 1969-71,10 albums: 915 photographies N/B, 37 textes bilingues anglais-français, 10 x (29,7 x 21 cm) avec vitrine et table (Frac Bourgogne). Au mur, Gérard Collin-Thiébaut, Le mensonge de l’inutilité, 83 photocopies N/B, format A3 . Projection : Alexander Schellow, Ohne Titel (Fragment), 2011, film numérique, muet, 4’40’’

 

Travail d’archives, Centre d’art contemporain Faux Mouvement, Metz, 2014. Vue de l’exposition. 

Au premier plan : Didier Bay, Mon Quartier, 1969-71,10 albums: 915 photographies N/B, 37 textes bilingues anglais-français, 10 x (29,7 x 21 cm) avec vitrine et table (Frac Bourgogne). Au mur, Renaud Auguste-Dormeuil , The Day Before, 2004, "photographie" de la voûte céleste, impression jet d’encre sur aluminium, 170 x 150 cm. Au foncd On Kawara | Feb.8, 1982, acrylique sur toile, coupures de journaux, boîte en carton, 153,6 x 124,8 cm (Frac Bourgogne).

D’autres informations : http://www.faux-mouvement.com/04Expositions/03_DEDANS/2014DD/20141024_TravArch/20141024_TravArch.html