Esthétique de la photographie de chantier

Sous la direction d’Angèle Ferrere & François Soulages
Laboratoire AIAC (Arts des Images & Art Contemporain), École doctorale Edesta, Université Paris 8

Mardi 15 Novembre 2016
Université Paris 8, 2 rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis
Batiment A Salle A0169

Dès ses débuts, dans un contexte de révolution industrielle, la photographie s’est vue assigner un rôle d’enregistrement des grandes transformations urbaines. L’ambivalence inhérente à la photographie, entre document et art, trouve toute sa pertinence dans la photographie de chantier, productrice d’une iconographie qui interroge tant son sujet, la ville en transformation, que son médium, entre construction et déconstruction de l’image photographique. Par la rigueur du regard photographique, l’insaisissable fluctuation du monde est ainsi mise à l’épreuve d’une ontologie fixiste du réel. Le chantier n’est pas seulement objet de construction mais aussi de déconstruction du paysage, de son éclatement. Espace de tous les possibles où s’effectue la rencontre entre projet et réalité, aux marges des notions d’utopie et de ruine, il soulève aussi la question du rapport entre photographie et temporalité. Aujourd’hui, nombreux artistes photographes font du chantier un de leurs sujets de prédilection, à travers une démarche esthétique qui interroge les mutations perpétuelles du monde contemporain.

La photographie de chantier s’insère dans un champ artistique et théorique plus large sur les liens entre art et chantier, qui rassemble, depuis une vingtaine d’années, historiens de l’art, anthropologues, architectes, urbanistes et artistes, révélant la richesse et l’autonomisation d’un sujet fécond. Le basculement de la photographie de chantier de sa valeur documentaire à sa valeur esthétique constitue un des enjeux principaux de notre réflexion. Comment la valeur d’usage de la photographie de chantier est-elle perçue et exploitée par les architectes et urbanistes ? Comment le chantier, espace à la fois quotidien et spectaculaire quand il n’est pas dissimulé, devient-il un objet esthétique de la photographie ? Qu’est-ce que faire une photographie de chantier aujourd’hui, à l’ère du bouleversement de la photographie numérique, qui redéfinit les caractéristiques du médium dans son rapport au réel et à la construction de l’image ?

Pour télécharger le programme :

PDF - 1.5 Mb